Website in english





Données techniques
Matériel d'occasion

 

 


Télévision à Mons en 1947
Mons, après la guerre 39-45
Saint-Ghislain, avril 1944


L'oeuvre photographique

 

L'œuvre photographique est complexe et diverse dans ses sources d'inspiration.

Il y a des photos très nettement surréalistes, composées comme des collages par une mise en place préalable d'objets dont l'ensemble sera ensuite photographié (dans les années 1937-1948), mais le plus souvent par le choix inattendu du sujet ou de l'angle de prise de vue inhabituel. La surimpression a rarement été utilisée, mais toujours avec bonheur, de même que la solarisation et les interventions directes sur la pellicule : grattage et autres procédés mécaniques pouvant créer une image sans usage de l'appareil photographique. Ces techniques seront vite abandonnées, l'artiste en trouvant la répétition sans intérêt une fois qu'il en eût exploré les possibilités. D'autres consistent en paysages, le plus souvent urbains, parfois de nuit, dont la poésie est très prenante, et il y a enfin les études de nus qui comporteront parfois des éléments ajoutés apportant une touche poétique à l'ensemble.

Enfin, une grande partie de l'œuvre est non surréaliste, constituée de photographies de paysages, de nus, de portraits ou de scènes de rue saisies sur le vif. Il n'y a pas, dans le travail de Marcel G. Lefrancq, de « périodes » clairement définies. Les photos les plus surréalistes ont pu être réalisées en même temps que d'autres beaucoup plus traditionnelles. Une constante les relie toutes, qui est le regard sensible et poétique de l'auteur.

 

Char de débardage, 1948
Délicatesse, ca. 1935
sans titre, 1936Fascination, 05.07.44L'aventure et l'espérance, 11.06.39

Cliquez sur la vignette pour agrandir.

 

© Les textes et images sont soumis à copyright.


Free counter and stats for your website on www.motigo.com